Formation
Ingénieur agronome

Ingénieur des sciences du vivant

Au service d'un développement durable, apte à répondre aux grandes questions de société et aux attentes du monde socio-économique en contexte international.

Repères

Lieu de formation : Rennes
Niveaux d’entrée en formation à temps plein : L3 et M1
Langue d’enseignement : français et anglais

Frais de scolarité : tarif fixé par arrêté du ministère en charge de l'Agriculture
Les étudiants boursiers sont exonérés des droits de scolarité et de sécurité sociale.

Élèves ingénieurs agronomes

Des compétences recherchées

Généraliste de haut niveau, l’ingénieur agronome AGROCAMPUS OUEST maîtrise tout particulièrement l’approche des systèmes vivants intégrés dans leur milieu, leur environnement.
Sa formation pluridisciplinaire, axée sur un développement durable des ressources et des territoires, lui permet de mobiliser des connaissances et compétences dans les domaines des sciences du vivant, des sciences de l'ingénieur et des sciences économiques, humaines et sociales.

AGROCAMPUS OUEST forme ainsi des ingénieurs capables tout au long de leur vie de :

  • poser et résoudre des problèmes complexes dans des approches transdisciplinaires et sur des échelles allant de la cellule au territoire, du gène à l'agrosystème
  • s'adapter à la complexité croissante des produits, des systèmes et des organisations
  • entreprendre, créer, innover

Quel que soit son projet professionnel, chaque étudiant effectue au cours de sa formation au minimum 12 mois de stage et un séjour à l'étranger d'au moins 2 mois.

Diversité et excellence

Le cursus d’ingénieur agronome d’AGROCAMPUS OUEST représente un flux annuel de recrutement d'environ 130 élèves-ingénieurs.

Si les origines et les profils de formation initiale sont divers, les étudiants ont en commun un très bon niveau scientifique.

3 voies d'admissions en formation initiale

  • en L3 via les concours nationaux ouverts aux étudiants français et étrangers sans condition de nationalité communs aux établissements d’enseignement supérieur du Ministère en charge de l’agriculture (concours dits Agro-Véto A BCPST, A TB, B, C et C2)
  • en M1 sur dossier et entretien (concours DE réservé aux étudiants étrangers)
  • en M2 (sur dossier pour les élèves-ingénieurs des ENSA et des ENITA ayant validé leur M1)

Admission au niveau L3

Nombre de places :

  • concours A BCPST : 101 places
  • concours A TB : 4 places

Concours A BCPST
Ouvert aux élèves après 2 ans de classes préparatoires BCPST (Biologie, Chimie, Physique, Sciences de la Terre).

Concours A TB
Ouvert aux élèves après 2 années de classes préparatoires TB (Technologie et Biologie).

Les concours A BCPST et A TB sont communs aux écoles nationales supérieures agronomiques suivantes : AGROCAMPUS OUEST (Angers et Rennes), AgroParisTech, Agrosup Dijon, Bordeaux Sciences Agro, ENSAIA (Nancy), ENSAT (Toulouse), Montpellier SupAgro, Oniris (Nantes) et VetAgro Sup (Clermont-Ferrand).
Pour toute information concernant les modalités des concours A BCPST et A TB, visitez le site www.concours-agro-veto.net
Pour s'inscrire aux concours : www.scei-concours.fr

Nombre de places : 16

Ouvert aux étudiants titulaires d'une licence générale ou professionnelle (L3) dans les domaines requis obtenue l'année du concours ou lors d'une session antérieure

Le concours B est commun aux 5 écoles nationales supérieures agronomiques : AGROCAMPUS OUEST, AgroParisTech, ENSAIA (Nancy), ENSAT (Toulouse), Montpellier SupAgro et à l'école nationale du génie de l'eau et de l'environnement de Strasbourg (ENGEES).
Pour toute information sur le concours B, visitez le site www.concours-agro-veto.net.

Nombre de places : 7

Ouvert aux titulaires du BTSA, de certains BTS ou de certains DUT obtenu l'année du concours ou lors d'une session antérieure et ayant suivi une classe préparatoire ATS Bio (post-BTSA/BTS/DUT).

Diplômes requis :

  • Brevet de Technicien Supérieur Agricole (BTSA) toutes options ;
  • Brevet de Technicien Supérieur (BTS) obtenu dans les options ci-après : Agro-équipement  -  Analyses de biologie médicale -  Bioanalyses et contrôles  -  Biotechnologie  -  Chimiste  -  Conception et réalisation de systèmes automatiques  -  Diététique  -  Hygiène, propreté, environnement  -  Industries céréalières  -  Informatique et réseaux pour l’industrie et les services techniques  -  Maintenance industrielle  -  Métiers de l’eau  -  Qualité dans  les industries alimentaires et les bio-industries  - Techniques physiques pour l'industrie et le laboratoire ;
  • Diplôme Universitaire de Technologie (DUT) obtenu dans les spécialités suivantes : Chimie  -  Génie conditionnement et emballage  -  Génie biologique  -  Génie chimique/Génie des  procédés  -  Génie thermique et énergie  -  Gestion logistique et transport  -  Hygiène, sécurité, environnement  -  Mesures physiques  -  Qualité, logistique industrielle et organisation  -  Science et génie des matériaux ;
  • Diplôme de Technicien Supérieur de la Mer délivré par l'Institut National des Techniques de la Mer  du Centre National des Arts et des Métiers ;
  • Brevet de Technicien Supérieur maritime (BTSM), spécialité pêche et gestion de l'environnement marin

Le concours C est commun aux écoles nationales supérieures agronomiques suivantes : AGROCAMPUS OUEST, AgroParisTech, Agrosup Dijon, Bordeaux Sciences Agro, ENSAIA (Nancy), ENSAT (Toulouse), Montpellier SupAgro, Oniris (Nantes) et VetAgro Sup (Clermont-Ferrand).
Pour toute information sur le concours C, visitez le site www.concours-agro-veto.net.

Nombre de places : 8

L'inscription à ce concours se fait uniquement l'année de l'obtention d'un DUT dans l’une des 4 spécialités suivantes : chimie, génie biologique, génie chimique-génie des procédés, hygiène-sécurité-environnement.

Le concours C2 est commun aux écoles nationales supérieures agronomiques suivantes : AGROCAMPUS OUEST, AgroParisTech, Agrosup Dijon, Bordeaux Sciences Agro, ENSAIA (Nancy), ENSAT (Toulouse), Montpellier SupAgro, Oniris (Nantes) et VetAgro Sup (Clermont-Ferrand).
Pour toute information sur le concours C2, visitez le site www.concours-agro-veto.net.

Admission au niveau M1 - Concours DE

Nombre de places : 7

L'accès direct au niveau M1 de la formation d'ingénieur agronome d'AGROCAMPUS OUEST (cursus en 3 ans) se fait par un concours ouvert aux candidats étrangers titulaires d'une maîtrise à dominante scientifique ou d'un diplôme d'ingénieur équivalent.

Le concours comporte un examen des dossiers des candidats (phase d'admissibilité) et un entretien de motivation avec le jury (phase d'admission).

Cette épreuve, d'une durée de 35 à 40 minutes, est destinée à apprécier les connaissances, aptitudes et motivations des candidats.
À l'issue des épreuves orales d'admission, un classement des candidats est effectué. Le jury tient une dernière session au cours de laquelle, il décide soit de l'admission, soit de l'inscription sur liste complémentaire, soit du refus.

L'absence à l'entretien entraînera le rejet de la candidature.

Le candidat admis devra respecter les délais de réponse à la proposition d'admission, sous peine d'être considéré comme démissionnaire et radié de la liste des admis.

NB : Les décisions du jury sont sans appel ; les droits d'inscription au concours ne sont pas remboursables en cas d'échec ou d'absence à l'épreuve d'entretien.

Date limite d'envoi des dossiers : 30 mars 2018

Résultats d'admissibilité : à partir du 25 avril 2018 - les candidats seront contactés par courriel

Entretiens : 29 mai 2018

Résultats d'admission : 31 mai 2018

Date limite de réponse des candidats : 6 juillet 2018

La liste des pièces à fournir pour votre dossier de candidature est précisée dans le dossier.

Le dossier devra être retourné complété à la date de limite du dépôt de candidature (cf. Calendrier de l'année en cours), le cachet de la poste faisant foi, à l'adresse suivante :

AGROCAMPUS OUEST
Direction des Formations et de la Vie Étudiante (DFVE)
Pôle recrutement DE
65 rue de Saint-Brieuc - CS 84215
35042 Rennes cedex
France

Si vous disposez d'un Espace Campus France dans votre pays de résidence, vous devez impérativement vous y inscrire, choisir la formation que vous souhaitez suivre dans le catalogue des formations proposées par AGROCAMPUS OUEST et suivre l'intégralité de la procédure CEF.
Consultez le site internet de l'espace Campus France près de chez vous
Date limite d'inscription à Campus France : 20 mars 2018
IMPORTANT : Si vous déposez un dossier de candidature AGROCAMPUS OUEST téléchargé sur notre site internet mais que vous ne déposez pas une demande sur le site de Campus France, votre candidature sera rejetée.

Admission au niveau M2

L'admission au niveau M2 est ouverte aux étudiants titulaires d'un niveau M1 validé dans une école de l'enseignement supérieur agronomique (ENSA et ENITA).

Le dossier de candidature est à retirer auprès de l'établissement d'origine des candidats dès la mi-janvier 2018.

Il doit être obligatoirement validé par la direction de la formation de l’établissement d’origine et envoyé par celle-ci avant le 2 mars 2018 à la direction des Formations et de la Vie Etudiante d'AGROCAMPUS OUEST.

Suite à l'étude de ce dossier, l'admission n'est prononcée qu'après accord du responsable de la spécialisation demandée et avis du conseil des enseignants.

NB : Il existe un accès spécifique en S8 pour la spécialisation Sciences halieutiques et aquacoles.
Le dossier de candidature est à retirer auprès de l'établissement d'origine des candidats dès le mois d'octobre de l'année en cours.

Organisation du cursus

Un diplôme lisible à l'international

Le cursus est structuré selon le schéma LMD (Licence-Master-Doctorat) et les Unités d'Enseignement (UE) sont comptabilisées en ECTS (European Credit Transfer System).

Un semestre d’étude correspond à l’acquisition de 30 crédits ECTS et la validation de chaque année de formation est soumise à condition.

La formation d'ingénieur agronome d'AGROCAMPUS OUEST est structurée en 3 années (L3-M1-M2), soit 6 semestres et comprend :

  • une formation générale pluridisciplinaire
  • suivie d'une spécialisation progressive (à choisir parmi l'offre de spécialisations d'AGROCAMPUS OUEST ou, sous conditions, parmi celle des établissements partenaires du réseau de l'enseignement supérieur agronomique : AgroParisTechMontpellier SupAgro etc.).

La modularité de la formation ainsi que les nombreuses mises en situation pré-professionnelles (études et projets, stages) permettent à chaque étudiant d'élaborer progressivement  un projet personnel et professionnel spécifique.

Découvrir les enseignements

1 an pour construire les bases

Après un premier cycle d'acquisition de connaissances scientifiques fondamentales effectué en classes préparatoires ou dans le cadre d'une autre formation, l'élève-ingénieur suit un socle de formation générale et intégrative couvrant 3 grands champs disciplinaires : sciences biologiques et agronomiques ; sciences de l'ingénieur ; sciences économiques, sociales et de gestion.

L'organisation de la 1re année de formation répond à 5 grands objectifs :

1. S'initier aux méthodes de l'ingénieur, ainsi qu'aux problématiques et enjeux du monde professionnel en offrant une formation pluridisciplinaire, à la fois scientifique et socio-économique.

Les principales unités d'enseignement (UE) sont les suivantes :

  • Enjeux et défis de l'ingénieur agronome
  • Démarche scientifique
  • Systèmes biologiques : échelle cellulaire
  • Systèmes biologiques : de l'individu au système de production (1re partie)
  • Systèmes biologiques : échelle des écosystèmes
  • Analyse territoriale
  • Sciences sociales
  • Statistique et informatique
  • Physique appliquée
  • Langues étrangères
  • Communication et management (1re partie)

2. Découvrir le milieu rural et professionnel agricole par un stage obligatoire de 6 semaines minimum en exploitation agricole (France ou étranger)

3. Apprendre à évoluer en équipe et à acquérir des comportements professionnels autour de conduites de projet :

  • une analyse territoriale en groupe et encadrée par un enseignant-chercheur

Un enseignement spécifique permet la préparation de cette activité. Il comporte, outre des enseignements méthodologiques sur la conduite de projet et l'analyse territoriale, des formations portant sur les compétences relationnelles, sociales et de communication.

4. S'ouvrir sur l'international par l'étude obligatoire de 2 langues, dont l'anglais

5. Mieux se connaître, débuter un parcours individualisé et préparer son projet professionnel

Un an pour maturer son projet professionnel

La 2e année est une passerelle entre le socle de formation commun et le choix définitif d'une spécialisation.

Les élèves-ingénieurs qui le souhaitent peuvent effectuer une année d'étude supplémentaire (dite année interstitielle) sous forme de stage.

Le semestre 7

Le semestre 7 se déroule hors du campus : à travers différentes mises en situation, il permet, dans une approche pluridisciplinaire, de mobiliser les savoirs et savoir-faire acquis durant la 1re année de formation.
Chaque étudiant élabore son parcours selon l'une ou l'autre des formules :

  • semestre d'études dans une université à l'étranger et stage
  • parcours multi-stages en France et/ou à l'étranger

> 3 mois minimum en entreprise, en institut technique ou en centre de recherche, en France ou à l'étranger, pour conduire une mission, en responsabilité et en réponse à une commande
> 2 mois minimum en structure économique marchande (stage en entreprise), en France ou à l'étranger pour acquérir des repères, des grilles de lecture, et de compréhension des logiques de fonctionnement et de développement de l'entreprise.

Le semestre 8

Le semestre 8 constitue une pré-spécialisation du cursus avant l’année M2 de spécialisation.
Il est constitué de 8 unités d'enseignement (UE) :

  • 1 UE de tronc commun obligatoire pour tous constituée de 3 unités constitutives (UC) : Analyse de données ; Notion de risque, évaluation, gestion, prévention ; Entreprenariat et management
  • 1 UE de langues étrangères (LV1 et LV2) obligatoire pour tous
  • 1 UE "Projet et spécifique de spécialisation" constituée d’une unité constitutive (UC) "Conduite de projet innovant" obligatoire pour tous
  • 5 UE correspondant à 5 blocs dans l’emploi du temps.

Les étudiants admis en semestre 7 ainsi que les étudiants ayant réalisé un semestre d'étude à l'étranger se verront dans l'obligation d'effectuer un stage en entreprise de 2 mois durant l'été du semestre 8.

Les UE des 5 blocs

  • Bloc 1 : Stratégies industrielles et politique de la concurrence ; L’analyse concurrentielle ; Modélisation du bilan hydrique dans le continuum sol-plante-atmosphère ; Milieux aquatiques ; Modélisation des systèmes biologiques ; Zootechnie générale ; Méthodes expérimentales de biologie cellulaire et moléculaire ; Remise à niveau microbiologie et marketing agroalimentaire
  • Bloc 2 : Dynamique des populations et gestion des pêches ; Analyse économique et financière des entreprises des filières agricoles ; Programmation scientifique ; Écotechnologies ; Génétique et génomique ; Déchiffrer les étiquettes des aliments : rôles des ingrédients ; diagnostic nutritionnel
  • Bloc 3 : Biologie et écologie des animaux aquatiques ; Politiques économiques nationale et internationale ; Agroécologie ; Fonctionnement de la cellule ; Du terrain au SIG : analyse spatiale des milieux et des paysages ; Qualité des aliments
  • Bloc 4 : Diversité et évolution du vivant ; Planification expérimentale et planification pour l’agronomie ; Planification expérimentale et sensométrie ; Chaînes de production ; Animaux, élevages et sociétés ; Nutrition et santé humaine ; Production (pêche et aquaculture) et produits halieutiques, Économétrie des séries temporelles
  • Bloc 5 : L’environnement vu par les sciences sociales : économie, droit, sociologie ; Diagnostic agronomique et santé des plantes ; Sciences et productions animales ; Biologie appliquée à la santé, Science et technologie des aliments ; Gestion des Données

Un an pour se spécialiser

La 3e année est l'année de spécialisation.

  • Le semestre 9 est construit essentiellement sur l'approfondissement de la spécialisation choisie. Il inclut des enseignements par modules thématiques comprenant des cours, TD, TP, interventions de professionnels, visites, voyages d'étude. Il laisse une large part aux travaux personnels et projets.
  • Le semestre 10 est constitué d'un stage de longue durée (6 mois) en entreprise ou en laboratoire de recherche en France ou à l'étranger, qui donne lieu à la préparation, à la rédaction et à la soutenance obligatoire du mémoire de fin d'étude d'ingénieur.

Les spécialisations

Pour développer des compétences spécifiques

Formé aux grands enjeux du vivant et de l'environnement, l'élève-ingénieur agronome est appelé à développer, à partir de la 2e année, des compétences spécialisées.

En fonction de son projet personnel et professionnel, il peut choisir une spécialisation :

  • proposée par AGROCAMPUS OUEST
  • couplée à un master (M2) d'AGROCAMPUS OUEST
  • proposée par un autre établissement de l'enseignement supérieur du ministère en charge de l'Agriculture.

Double diplôme

Parallèlement à leur cursus, les élèves-ingénieurs peuvent préparer un double-diplôme au niveau national ou international dans l'un des établissements d'enseignement supérieur partenaires d'AGROCAMPUS OUEST.

Spécialisations proposées par AGROCAMPUS OUEST

L’agriculture d’aujourd’hui doit s’adapter aux nombreux défis de maintien de la production, de réduction des impacts environnementaux (qualité de l’eau et de l’air), de préservation des sols et valorisation de la biodiversité. L’agroécologie est l’une des voies qui devraient permettre d’inventer un nouveau système agricole fondé sur l’articulation entre les sciences agronomiques, écologiques et sociales. De nombreux projets de recherches et de développement visent à fournir des réponses pour mieux concilier agriculture et biodiversité, mieux adapter les agro-écosystèmes aux ressources naturelles et à l’équilibre des territoires, dans un contexte économique parfois incertain. Former des ingénieurs capables de participer activement à l’évolution majeure des exploitations constitue l’enjeu de la spécialité Agroecology.
Les enseignements sont intégralement délivrés en langue anglaise.

The master « Agroecology » focuses on an integrated approach of agronomical, ecological, economic, social and environmental issues supporting an efficient management of natural resources (soil, air, water) and biodiversity at the agroecosystem scale considering the diversity of the socio-economic environments.
All courses taught in English.

Pour se former à l’ingénierie environnementale des espaces ruraux et des ressources naturelles (eau, sol), en particulier lorsque les activités agricoles sont concernées. L'originalité de cette spécialisation tient à l'intégration des sciences sociales et des sciences appliquées à l'agronomie et à l'environnement, afin d'aborder les questions environnementales dans leur globalité.

option : Préservation et aménagement des milieux – écologie quantitative
option : Agriculture durable et développement territorial
option : Sol, eau, hydrosystèmes

Télécharger le livret de la spécialisation

En savoir plus : http://genie-environnement.agrocampus-ouest.fr

Pour former à l’analyse économique des marchés, des comportements des acteurs et des politiques publiques dans les domaines de l’agriculture, la mer, l’environnement et l’alimentation. Cette formation est destinée aux étudiants concernés par le développement économique au Nord et au Sud, l’environnement et la gestion durable des ressources naturelles ou encore la gestion des marchés agricoles, physiques et financiers. La spécialisation inclut la formation aux techniques quantitatives et de modélisation économique et bio-économique ; elle propose une initiation à la réflexion et à l’argumentation éthiques.

Télécharger le livret de la spécialisation

Chaque année, les étudiants de la spécialisation POMAR organisent une journée débat en partenariat avec des professionnels sur la responsabilité sociétales des entreprises. En 2017, le thème était "Comment intégrer la gestion des déchets dans la stratégie de croissance des entreprises ? Comment l’entreprise prend-elle en compte le développement du territoire où elle est implantée dans ses choix stratégiques ?"

En savoir plus : http://ingenieur-agroeconomiste.agrocampus-ouest.fr

Pour acquérir les connaissances scientifiques et méthodologiques et les outils de réflexion nécessaires à :

  • l’analyse des problèmes de protection des cultures au sein des agrosystèmes, 
  • la conception de méthodes de protection innovantes, efficaces et durables,
  • la prévision des conséquences aux plans économique, environnemental et de la sécurité alimentaire.

Cette spécialisation est conjointe à Montpellier SupAgro, AgroParisTech.

Par l’acquisition de compétences scientifiques, techniques et managériales spécifiques, cette spécialisation forme les étudiants à des fonctions d’encadrement et de management dans les filières alimentaires soucieuses de satisfaire le consommateur en termes de qualité produit, d’accessibilité, de service et de durabilité.

  • option Recherche & Développement destinés aux futurs responsables R&D des entreprises agroalimentaires.
  • option Production, sécurité alimentaire et environnementale pour des postes en production, logistique, systèmes d’information, contrôle de gestion et qualité.
  • option Science et transformation laitières pour être acteur des métiers du lait (production, R&D) en intégrant le contexte économique et stratégique : gérer la transformation du lait, sur des bases physiques, biochimiques, technologiques et nutritionnelles, en une diversité de produits (lait, beurre, fromages, desserts lactés, poudres de lait) et notamment en nouveaux ingrédients fonctionnels (alimentation infantile, ingrédients protéiques).
  • option Marketing agroalimentaire pour des fonctions marketing, achat, contrôle de gestion, conception innovation au sein d’entreprises de la chaîne alimentaire, liées à la biologie ou de service

Cette spécialisation forme des cadres spécialisés en productions végétales, secteur en pleine mutation qui doit relever des défis majeurs dans une perspective d'agriculture durable.

Elle propose 4 options qui permettent chacune d’acquérir une solide démarche scientifique et technique s'appuyant sur des connaissances, des outils d'analyse et de réflexions :

  • Génétique et amélioration des plantes : doter les étudiants d’une solide démarche scientifique et technique s’appuyant d’une part sur des connaissances, des outils d’analyse et de réflexion nécessaires à la préservation et la gestion des ressources génétiques, à la création de matériel végétal adapté aux nouveaux enjeux de l’agriculture , à l’optimisation des méthodologies de création variétale intégrant les outils de génomique et les biotechnologies. La formation s’appuie sur un ancrage en recherche fort et sur un réseau de professionnels fortement impliqués dans la construction et la participation à la formation.
  • Semences et plants : recherche et développement, production, commercialisation : définir des priorités et des stratégies en R&D et d'innovations végétales, comprendre et maîtriser la production de semences et de plants, sensibiliser aux défis économiques et juridiques dans un contexte international - enseignement dispensé à Angers.
  • Agrosystèmes : conception et évaluation : former de futurs cadres capables (i) de mobiliser les concepts et outils de l’agronomie systémique et de l’agroécologie pour comprendre, concevoir et gérer des systèmes agricoles multiperformants, (ii) de participer à des démarches d’innovation, de l’échelle de la plante à celle du territoire, (iii) de s’adapter à différentes situations de filières, de contextes pédoclimatiques, d'organisations spatiales du paysage, dans un contexte où la possibilité de recourir aux intrants de synthèse est en très forte diminution.
  • Ingénierie des productions et des produits de l’horticulture : pilotage des des systèmes de production, de la gestion et du maintien de la qualité, des modes de mise en marché très diversifiés tout en sachant innover et faire évoluer les systèmes horticoles (fruits, légumes, plantes d’ornement), depuis la production (amont) jusqu’à la commercialisation (aval).

Les productions animales participent pleinement au défi mondial de nourrir une population humaine croissante, tout en limitant l’impact sur l’environnement. 
Ce secteur a pour objectif majeur de garantir un niveau élevé de qualités (qualité des produits, qualité environnementale, cadre et conditions de vie…), tout en :

  • préservant un tissu social et économique satisfaisant.
  • répondant aux demandes sociétales : respect accru du bien-être des animaux d’élevages, transitions agro-écologique / énergétique, révolution technologique (big data, par exemple), liens producteurs-consommateurs

Tous ces enjeux sont au cœur de cette spécialisation qui propose un enseignement tourné vers les grandes problématiques de l’élevage, (principalement axées sur la physiologie des animaux et le fonctionnement de ces élevages) replacées au sein de leurs environnements (exploitations, filières, territoires, société…).

La concentration des structures professionnelles, publiques, institutionnelles et privées, dans un environnement géographique proche permet une interaction forte entre potentiels employeurs et futurs diplômés. 
Au cours de la formation, les mises en situation professionnelle sont ainsi favorisées et fréquentes via des modules d'enseignement réalisés en partie ou en totalité sous formes de projets commandités et financés par des partenaires.

Pour acquérir, à travers une formation pluridisciplinaire, les bases nécessaires à la compréhension de la dynamique des ressources vivantes aquatiques et du fonctionnement des systèmes d’exploitation (pêches et aquacultures) dans tous les environnements aquatiques dans l’optique d’une pêche responsable, d’une aquaculture durable et d’une gestion intégrée des zones côtières.

option : Ressources et écosystèmes aquatiques 
option : Gestion des pêches et des écosystèmes côtiers et continentaux
option : Production et valorisation halieutique 
option : Aquaculture
 

Pour en savoir plus

Pour acquérir des compétences dans le domaine du traitement et de l’exploitation de l’information : apprendre à la recueillir, la traiter et l’analyser dans son contexte économique (secteur, marché, conjoncture) et technique (monde de l’agronomie et de l’agroalimentaire).

La spécificité principale de cette spécialisation est d’orienter la présentation de méthodes statistiques à large potentiel d’application vers l’acquisition d’un savoir-faire opérationnel.
La double compétence acquise permet aux ingénieurs de s’intégrer dans des équipes pluridisciplinaires à des postes de chargé d’étude dans une société de service, responsable R&D, chargé d’études marketing, responsable d’unité d’analyse sensorielle...

Pour en savoir plus

Spécialisations couplées à un parcours de master

Le parcours Amélioration, production, valorisation du végétal (APVV) est l’un des 2 parcours de la mention de master Biologie, agrosciences co-accréditée par AGROCAMPUS OUEST, l’université de Rennes 1 et ONIRIS.

Cette formation a pour objectif d’intégrer les étudiants dans une solide démarche scientifique et technique en s’appuyant sur des connaissances et sur des outils d’analyse et de réflexion nécessaires à :

  • l’évaluation et la valorisation des potentialités biologiques des espèces végétales, de leurs produits et/ou de leurs co-produits, pour des usages alimentaires ou non alimentaires (option Phytochimie, qualité et valeur d'usage - PQVU).
  • l’analyse des réponses et des adaptations de la plante et du peuplement végétal aux contraintes du milieu en mobilisant la physiologie moléculaire et la génomique fonctionnelle (option Physiologie moléculaire et adaptations aux stress - PMAS).

Le parcours Écologie fonctionnelle comportementale et évolutive (EFCE) est l’un des 5 parcours de la mention de master Biologie, écologie et évolution co-accréditée par AGROCAMPUS OUEST et l’université de Rennes 1.

Basé sur une démarche d’intégration des différents concepts de l’écologie fonctionnelle, de l’écologie comportementale et de l’écologie évolutive, le parcours EFCE forme des spécialistes de haut niveau en écologie, dans les domaines de la gestion des espaces et des ressources naturelles, de la biodiversité et de l'aménagement des territoires. Reconnus au niveau national et international, ils sont capables de s'adapter à l'évolution des besoins en recherche et en expertise.

Ce parcours est adossé un master international d’écologie (International MAster of Biodiversity Ecology and Evolution - IMABEE).

Ce parcours est l’un des 2 parcours de la mention de master Biologie moléculaire et cellulaire co-accréditée par AGROCAMPUS OUEST et l’université de Rennes 1.

Ce master a pour objectif de former des biologistes cellulaire et moléculaire de haut niveau, préparés à des métiers de la recherche ou R&D dans des instituts de recherche, universités, start-up de biotechnologie ou grands groupes industriels.

Au travers de ce parcours, l'étudiant/e sera formé(e) :

  • aux approches "paillasse" d'analyse génétique et d'ingénierie génétique et protéique, et/ou à l'analyse de données biologiques à haut débit (dont x-omique : génomique, transcriptomique, protéomique)
  • et aux approches de modélisation et d'apprentissage automatique.

Il/elle saura aborder les problématiques biologiques complexes en combinant les approches expérimentales et l'utilisation d'outils mathématiques et informatiques.

Ce parcours est l’un des 2 parcours de la mention de master Biologie moléculaire et cellulaire co-accréditée par AGROCAMPUS OUEST et l’université de Rennes 1.

Ce master a pour objectif de former des biologistes cellulaire et moléculaire de haut niveau, préparés à des métiers de la recherche ou R&D dans des instituts de recherche, universités, start-up de biotechnologie ou grands groupes industriels.

Au travers de ce parcours, l'étudiant/e saura utiliser les stratégies les plus récentes (imagerie, approches biophysiques) pour étudier les cellules et leurs interactions avec leur environnement tissulaire. Il/elle sera familier(ère) des principes de la communication entre une cellule et d'une part son micro-environnement, d'autre part l'ensemble de l'organisme auquel appartient cette cellule.

Ces concepts seront développés dans un contexte sain (communication hormonale, cellules souches, développement...), et dans un contexte pathologique (pathologies tumorales, infectieuses, inflammatoires, réponses à la toxicité de l’environnement...), en lien avec le développement des médicaments.

Le parcours Modélisation en écologie (MODE) est l’un des 5 parcours de la mention de master Biologie, écologie et évolution co-accréditée par AGROCAMPUS OUEST et l’université de Rennes 1.

Actuellement, les scientifiques sont confrontés à l'analyse de grandes masses de données soumises à des interactions multiples. Dans ce contexte, les modèles peuvent être un moyen de décrire et de comprendre des phénomènes complexes et la part prise par la modélisation en écologie est croissante.

Ce parcours forme des étudiants issus d'un cursus biologique, informatique ou mathématique, à la démarche intellectuelle et aux techniques de la modélisation. Si la thématique abordée est principalement l’écologie, en tant que spécialité méthodologique les étudiants titulaires de ce master seront capables d’appliquer ces techniques à de nombreux autres domaines de la biologie ou de l’environnement. Les enseignements sont basés sur l'intuition et l'interaction entre la théorie et l’expérience (observations, mesures, échantillonnages…), afin de former aux outils et concepts mathématiques utiles en modélisation.

Le parcours Télédétection et environnement (TELENVI) est l’un des 2 parcours de la mention de master Géographie, aménagement, environnement, développement co-accréditée par AGROCAMPUS OUEST et l’université de Rennes 2.

Les objectifs de ce master sont de former des professionnels de la géographie de l'environnement et de l'aménagement du territoire.

Ce parcours forme plus particulièrement des ingénieurs aptes à comprendre les processus environnementaux et à les étudier au moyen des technologies spatiales actuelles. Il offre ainsi une double compétence en agronomie et géo-informatique qui permet de coordonner des projets à l'interface entre les scientifiques (géographes, environnementalistes, hydrologues..) et informaticiens.

A l'issue de la formation, les ingénieurs seront capables de :

  • coordonner la production, l’utilisation et la diffusion des données spatiales,
  • mettre en œuvre de méthodes de traitement d’information spatiale,
  • mettre en place, développer un système d’information et de gestion de données géographiques,
  • s'intégrer dans des équipes pluridisciplinaires.

Projets d'étudiants : des situations et thématiques professionnelles variées

La formation à la démarche projet est un point-clé de nos formations d'ingénieur.

Pour apprendre à évoluer dans le cadre d’une équipe et acquérir des compétences professionnelles autour de la conduite de projets, les activités pédagogiques du cursus d'ingénieur agronome recouvrent plusieurs formes :

  • des études de cas permettant d’approfondir les problématiques et le contexte d’action de l’ingénieur agronome (nourrir la planète en préservant les ressources et en respectant l’éthique) (S5)
  • une formation à la démarche scientifique : exploration en groupe de problématiques scientifiques (S5/S6)
  • une analyse de territoire (étude socio-économique) en groupe, encadrée par des enseignants-chercheurs (S6)
  • une activité de conduite de projet en groupe, en autonomie complète, sur une problématique pluridisciplinaire (montage d’un projet d’ingénieur) et sur un territoire déterminé, souvent à l'étranger

Exemples de projets

Réaliser une analyse économique d’exploitations agricoles pour une évolution vers l’agriculture écologiquement intensive  (Terrena, Nantes - France)

Établir un programme de gestion différenciée des espaces verts (Lyonnaise des eaux, Amilly - France)

Compare hawksbill turtle nesting sites with vegetation species and soil composition (Marine Conservation Society - Seychelles)

The antimethanogenic bioactivity of Australian plants in grazing system (School of Animal Biology, UWA - Australia)

Improve a company's management system (Comptoir de France Bakery - Chine)

Des métiers d'avenir

Un accès dès le premier emploi à des postes à responsabilité, en dimension internationale

Reconnu pour son excellence, le diplôme d’ingénieur agronome donne accès, dès le premier emploi, à des postes à responsabilité, en dimension internationale, dans une multitude de secteurs : aménagement du territoire, agriculture, agrofourniture, industries agroalimentaires, industries pharmaceutiques, biotechnologies, environnement, distribution, conseil, audit, secteur bancaire, finance, informatique, enseignement, formation, recherche, collectivités territoriales, services de l’Etat, industrie de la parfumerie et de la cosmétique, restauration collective, communication…

Le taux d'insertion professionnelle est l'un des meilleurs indicateurs de la pertinence de la formation d'AGROCAMPUS OUEST

  • durée moyenne de recherche du 1er emploi : 1,8 mois
  • 33% des élèves-ingénieurs signent un contrat d’embauche avant même l’obtention de leur diplôme
  • 92% des jeunes diplômés trouvent leur 1er emploi en moins de 6 mois (taux net d’activité)
  • 9% sont en poste à l'étranger
  • 20% des jeunes diplômés choisissent de poursuivre leurs études, dont 62% en doctorat.

Les salaires varient fortement suivant les fonctions exercées et les secteurs d’activité (groupe international, ONG, administration d'État...).
Le salaire moyen d’embauche est de 28k€ brut annuel ; après 5 ans d’expérience, il atteint 33k€.

Source : Enquête Emploi 2016 (diplômés 2015, 2014 et 2013 - taux de réponse 93%)

Secteurs d'activité

Secteurs d'activités des ingénieurs diplômés en agronomie

Fonctions exercées

Exemples de postes occupés

Responsable marketing, sélectionneur végétal, chargée de mission scientifique domaine maritime, chargé d’études inondation, conseiller d’entreprises, directrice d’agence bancaire, chef de produits, responsable qualité alimentaire, prévisionniste des ventes, chef de projets R&D...

ia-fonctions-web.png

Chiffres clé

2000 étudiants, dont 60% d'étudiantes

35% de boursiers

13000 alumni

450 diplômés par an

À la une