Agenda
À la une

Soutenance de thèse d'Audrey Quéméner

Amphi Moule, campus de Rennes

Etude des populations de cellules souches adultes dans le tissu adipeux et musculaire chez le porc en croissance en réponse à un facteur environnemental

Thèse dirigée par  Isabelle Louveau, UMR Pegase

Résumé

Chez le porc, le rapport entre la masse maigre et la masse grasse détermine l'efficacité de la production de viande et est fortement influencé par le nombre et la taille des cellules dans les tissus. Au cours de la croissance, l'augmentation du nombre de cellules résulte du recrutement de différentes populations de cellules souches adultes multipotentes résidant dans la fraction stroma-vasculaire (FSV) des tissus. L’objectif de notre étude est de déterminer l'impact d'un challenge sanitaire (salle d’élevage propre versus salle d’élevage sale) de six semaines sur les proportions et les propriétés de cellules souches adultes dans le tissu adipeux et le muscle squelettique de porcs Large White en croissance issus de deux lignées divergentes pour la consommation moyenne journalière résiduelle (CMJR).
Les populations cellulaires de la FSV du tissu adipeux et du muscle ont été phénotypées par cytométrie en flux à l'aide d'anticorps ciblant différents marqueurs de surface cellulaire : CD45 pour identifier les cellules hématopoïétiques ; CD34, CD38, CD56 et CD140a pour identifier les cellules souches mésenchymateuses à potentiel adipogénique et/ou myogénique. Les résultats obtenus montrent que le tissu adipeux et le muscle ont en commun certaines populations de cellules souches mésenchymateuses (CSM), bien que la diversité de ces CSM soit plus élevée dans le muscle que dans le tissu adipeux. De plus, cette étude a permis de mettre en évidence que les proportions de certaines populations de CSM ont été affectées par l'hygiène des conditions de logement d'une manière tissu-dépendante chez les porcs des deux lignées CMJR.
La réponse des cellules FSV adipeuses issues des différents groupes de porcs au traitement par la cytokine pro-inflammatoire Tumor Necrosis Factor alpha (TNF-α), inhibiteur de la différenciation adipocytaire, a également été étudiée afin de déterminer si l’environnement sanitaire des porcs affecte les propriétés de ces cellules souches adultes. Les résultats obtenus montrent que les capacités de différentiation adipocytaire, en absence ou en présence de TNFα, des cellules souches adultes résidentes dans le tissu adipeux ne sont pas influencées par le type génétique et les conditions d’hygiène.
Au final, les données ce travail montre que l’environnement sanitaire des porcs en croissance, indépendamment de leur lignée génétique, peut modifier les proportions des cellules souches adultes présentes dans le tissu adipeux et musculaire, sans pour autant affecter les capacités de différenciation adipocytaire des cellules de la FSV du tissu adipeux. Par conséquent, ces populations cellulaires pourraient être ciblées pour moduler la croissance et la composition corporelle chez les animaux en croissance.