Agenda
À la une

Soutenance de thèse d'Anne Schneider

Agrocampus Ouest, campus d'Angers, salle du Conseil

Étude du rôle des sucres, en intégration avec les hormones, dans la régulation du débourrement par l'intensité lumineuse

Thèse dirigée par Soulaiman Sakr, UMR Institut de Recherche en Horticulture et Semences (IRHS)

Résumé

La ramification est une variable du rendement des cultures dont la sensibilité aux conditions environnementales et dont le contrôle revêt un intérêt agronomique majeur. Nous nous intéressons ici à la régulation du débourrement des bourgeons axillaires par l’intensité lumineuse chez le rosier buisson. Plusieurs études ont souligné la sensibilité de cette phase à l’intensité de la lumière expérimentée par la plante avant ou pendant la période habituelle de débourrement. Récemment, le rôle des CKs dans la réponse du débourrement à l’intensité lumineuse perçue pendant la phase de ramification a été démontré. Cependant, le rôle des sucres dans la stimulation du débourrement par l’intensité lumineuse n’est pas bien défini. Dans ce travail, nous avons exploré le rôle que jouaient les sucres, en interactions avec les hormones régulatrices du débourrement, dans la réponse du bourgeon à différents traitements d’intensité lumineuse. Par la quantification du statut en sucres des plantes soumises à une restriction temporaire de lumière appliquée avant la période de débourrement, nous avons montré que la diminution de la compétition pour les sucres expliquait la stimulation du débourrement dans ce cas. Nous avons ensuite montré, in vitro et in planta, que la réponse du débourrement à l’intensité lumineuse pouvait être expliquée par une modulation de l’équilibre quantitatif en hormones (auxine, cytokinines, strigolactones) et en sucres au voisinage du bourgeon. Ces résultats ouvrent la voie pour la conception d’un modèle générique de débourrement à l’échelle de la plante en réponse à l’intensité lumineuse.

Mots clés : Amidon, cytokinines, intensité lumineuse, débourrement, ramification, modélisation