background

Version françaiseEnglish Version

Site institutionnel d'Agrocampus OuestAGROCAMPUS OUEST

Institut national supérieur des sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage

THÈSE : Déterminisme de la spécificité d'hôte et rôle des effecteurs TAL dans l'interaction Xanthomonas - haricot

Date : 19/12/2017

Lieu : AGROCAMPUS OUEST, campus d'Angers, amphi André Leroy (D)

Horaire : 14h00

 

Mylène RUH soutiendra sa thèse intitulée :

Déterminisme de la spécificité d’hôte et rôle des effecteurs TAL dans l’interaction Xanthomonas – haricot

dirigée par Marie-Agnès JACQUES, directrice de recherche INRA Angers

Résumé

La graisse commune est la principale phytobactériose du haricot. Cette maladie est causée par Xanthomonas citri pv. fuscans (Xcf) et X. phaseoli pv. phaseoli (Xpp). Xcf et Xpp étant phylogénétiquement distantes, leur capacité à produire les mêmes symptômes sur haricot serait le fruit d’une convergence pathologique. L’objectif de cette thèse était d’identifier les gènes candidats pour la spécificité d’hôte et d’étudier le rôle des effecteurs Transcription Activator-Like (TAL) dans l’interaction Xanthomonas - haricot. Par une approche de génomique comparative, nous avons identifié 116 gènes spécifiques des agents de la graisse commune, dont un grand nombre a été transféré horizontalement entre Xcf et Xpp. Ces gènes codent des proteins intervenant aux différentes étapes de l’interaction. L’obtention du génome de 17 souches par séquençage Single-Molecule Real-Time a révélé l’existence de un à trois gènes codant des effecteurs TAL par souche, pour un total de quatre gènes tal différents dont deux (tal23A et tal18H) ont été également transférés horizontalement entre Xcf et Xpp. L’ensemble de ces gènes constitue un répertoire spécifique de Xcf et Xpp qui pourrait expliquer la convergence pathologique entre ces pathovars. Des tests de pouvoir pathogène couplés à des analyses transcriptomiques après inoculation d’un mutant de délétion de tal18H sur haricot ont révélé que TAL18H était impliqué dans l’aggravation des symptômes et avait un effet pléiotrope sur le transcriptome du haricot lors de l’interaction. Les résultats de cette thèse constituent une première étape vers l’optimisation de la lutte contre la graisse commune du haricot.

Mots clés

graisse commune du haricot, Phaseolus vulgaris, transfert horizontal de gène, adaptation à l’hôte

Contacts

AGROCAMPUS OUEST

direction de la recherche

coordination des formations doctorales, campus d'Angers

marie-pierre.louage@agrocampus-ouest.fr